Actualité et blog

POURQUOI LE MAROC OFFRE-T-IL UN SYSTÈME D’ENSEIGNEMENT PERFORMANT EN AFRIQUE

Publié le 21 mars 2018

Pour évaluer un système global de formation, nous devons considérer trois paramètres importants : l’outil de communication pour la formation (la langue), le système académique tel qu’il est bâti, et les opportunités d’insertion socio-professionnelle qu’il offre. Sur la base de ces trois éléments, le Maroc sort vaillamment du lot.

En effet, le système d’enseignement supérieure au Maroc s’est efficacement développé cette dernière décennie, tant au niveau public qu’au niveau privé. S’adossant sur une planification à la fois stratégique, politique et économique, le développement de l’enseignement supérieure au Maroc a connu de grands investissements en capitaux depuis 1999, de même qu’il a vu la création de nombre de structure de réflexion et de coordination (gouvernementale et non-gouvernementale) afin d’assurée à la forte population marocaine une formation à pointe de ce qui se fait dans les pays les plus développés. Et c’est cette ambition du Maroc de se hisser dans la cours des grandes nations d’études et de formation qui lui a doté d’institutions et d’établissement de renoms capables aujourd’hui d’être classé dans les hit-parades les plus élogieux du Monde.

A côté de ce travail porté par le gouvernement, la libéralisation et la privatisation de l’enseignement supérieure a permis d’ouvrir la voie à des initiatives privées qui vont véritablement porter le Maroc au sommet des nations africaines de formations et d’enseignement supérieur.

UN PAYS FRANCOPHONE

Parmi les 10 pays les plus riches d’Afrique, le Maroc est le seul pays francophone et membre de la francophonie. Ceci n’est pas un atout banal car en Afrique, 28 pays sont francophones et le français est langue officielle dans 20 pays. Cela offre aux jeunes étudiants ressortissants desdits pays une facilité et une aisance d’intégration dans le milieu universitaire (toutes les études sont en français, exception faites des études islamiques et arabes) ; de plus, dans la plupart des 18 grandes villes universitaires du Maroc, le français est une langue « commerciale » qui se parle (tant bien que mal) dans les rues. Ce critère de langue offre d’ailleurs jusque-là un net avantage aux étudiants subsahariens par rapports aux marocains dont la langue première (la darija) n’est pas celle utilisé pour les études.

UN SYSTEME ACADEMIQUE AU NORMES INTERNATIONALES

Depuis 2005, le Maroc a entrepris de mettre ses universités et ses écoles supérieurs (publiques et privées) aux normes des réglementations européennes. La signature de convention de partenariat inter-établissement entre le Maroc et la France, entre le Maroc et l’Allemagne, entre le Maroc et la Belgique (…) permet aujourd’hui a de nombreux étudiants originaires de l’Afrique Subsaharienne d’obtenir une double-diplomation (le diplôme marocain + le diplôme européen) reconnu à l’échelle internationale. Plus encore, depuis 2010, les écoles européennes (surtout françaises) construisent des bâtiments et s’installe carrément sur le sol marocain ; permettant ainsi à des étudiants issus de l’Afrique subsaharienne de poursuivre sur le continent africain (au Maroc) des études dans les mêmes conditions académiques et scientifiques que s’ils étaient en Europe.

UN PAYS QUI S’INSTALLE SUR TOUTE L’AFRIQUE

Depuis son accession au trône, le roi Mohammed 6 a fait de l’émergence économique et industrielle africaine l’un de ses principaux chevaux de bataille. On peut remarquer à suffisance que plusieurs entreprises marocaines se délocalise, se créent et/ou s’installe en Afrique. Celle-ci ont un besoin de plus en plus croissant de cadres supérieures formés « à la marocaine ». Faire ses études supérieures au Maroc est donc un investissement qui assure un emploi, et un emploi en Afrique dans votre pays d’origine ou même en itinérance sur plusieurs pays.